L’action terroriste dont la population a été victime à Nice a pris la forme d’un massacre indiscriminé dont l’horreur suscite dénonciations frénétiques et appels irraisonnés à des solutions de court terme relevant d’une pensée réactionnelle. Les Dorine rappelle que c’est unie et solidaire comme elle sait l’être que la population saura trouver les réponses à la stratégie de terreur déployée contre elle et ses institutions. Face à une menace qui se nourrit d’une idéologie politique qu’il faut combattre, ce sont des politiques de long terme qu’il faut conforter et déployer. Elles visent notamment à assurer une présence efficace et bienveillante des services de l’État dans les territoires où les entrepreneurs en radicalisation ont pris pieds et d’où il est nécessaire de les déloger. Ces politiques existent déjà pour certaines et ont besoin d’être renforcées. Elles ont pour objet de lutter contre ce qui fait le terreau de l’idéologie des mouvements terroristes tels que DAESH : les violences intrafamiliales, le sexisme et les résurgences du patriarcat mais aussi la ségrégation sociale, le virilisme, le repli communautaire, le recul culturel des valeurs universalistes, l’homophobie, l’antisémitisme et l’affaiblissement de la présence de l’État dans les territoires. La promotion et la défense des droits fondamentaux et de la démocratie doivent nous rassembler pour refuser la guerre civile dans laquelle les terroristes fantasment de nous faire sombrer. C’est à nous qu’il revient de leur refuser l’accomplissement de leurs désirs et de leur volonté mortifères.